NEWS

|

La renaissance réussie du Rallye de Genève

Vendredi 5 avril, Lamborghini, Ferrari, Bentley, mais également Golf arrivaient les unes après les autres sur le parking de l’hôtel 5 étoiles de La Réserve Genève. Si le lieu est habitué à recevoir de belles cylindrés, il n’en demeure pas moins que ce bal des « belles », toutes nées avant 1989, fut un régal pour les yeux … et les oreilles ! C’est à l’occasion du Rallye de Genève, réédité après plus de 48 années d’absence, que ce rassemblement a eu lieu. Et qui dit rallye, dit course ! Sur un parcours entre lac, routes de montagne et sommets tout juste enneigés, une vingtaine de coureurs aguerris comme novices ont profité d’une journée exceptionnelle placée sous le signe du partage, de la convivialité, et du plaisir !

 

PSPI, qui offre des produits et services aux propriétaires de voitures dites « d’exception », figure parmi les sponsors de cet événement. La société est très investie dans le sport automobile – notamment les 24 Heures du Mans – et agit aussi en tant qu’intermédiaire de confiance entre les coureurs automobiles et les assureurs. Avec un format mettant à l’honneur des voitures exceptionnelles et des coureurs, sa place était toute trouvée !

Retour sur cette journée intense avec Grégory Driot, initiateur et fondateur de l’Automobile Club de Genève.

Pouvez-vous nous expliquer le lien entre l’Automobile Club de Genève et le Rallye de Genève ?

Je parlerais de naissance pour l’un – l’automobile Club de Genève qui a vu le jour en 2018 – et de renaissance pour l’autre – le rallye tombé en désuétude dans les années ’50. C’est sous l’égide du premier, dont je suis le fondateur, que nous avons fait le pari de relancer le second, en croyant fermement en sa capacité à rassembler des passionnés, et à faire rêver aussi bien les coureurs que le public. Dans les deux cas, il s’agit de s’adresser à des femmes et des hommes qui partagent l’amour des belles voitures, qu’ils soient des experts, des coureurs sur leur temps de loisir, ou des sportifs de haut niveau.

Etant moi-même fils d’un passionné de sports mécaniques, propriétaire et coureur, je sais à quel point la course est affaire de passion! Il n’existait aucun Club Automobile à Genève, alors qu’il y en a partout ailleurs, pourquoi donc ne pas le créer ? Idem pour le rallye, pourquoi ne pas le faire revivre alors qu’il a connu un succès par le passé ? Cette année, le rallye, bien qu’organisé par l’Automobile Club de Genève, n’était pas strictement réservé à ses membres. Nous verrons dans le futur comment cela se passera.

 

 

Quel bilan faites-vous de cet évènement ?

Je tire un bilan extrêmement positif, un avis d’ailleurs partagé par les coureurs eux-mêmes! La réussite fut totale, tout le monde était ravi de ce rassemblement, avec des critiques très positives sur notamment l’organisation, l’ambiance et la qualité du parcours. Nous avions volontairement restreint l’accès à une vingtaine de participants afin de miser sur la convivialité, ce que seul permet un événement à taille humaine. Et qui dit petit nombre ne veut pas dire élitisme, bien au contraire! Les voitures en lice allaient de la Lamborghini à 1 million, jusqu’à la Golf à 15’000 CHF.

L’idée était que tout le monde se côtoie, car c’est ça l’esprit Rallye ! Les femmes étaient également de l’aventure, avec des copilotes et un team 100% féminin. L’entraide, la convivialité, et le rire étaient de la partie, avec un beau score de 20 départs et 20 arrivées!

 

Quelle suite pour l’Automobile Club de Genève, et pour le rallye?

Nous accueillons de nouveaux membres unis autour de ce « good spirit » qui constitue l’ADN du Club. Pour ce qui est du Rallye, nous souhaitons garder la convivialité qui a tant plu et donc garder un format relativement intime de l’évènement.

Affaire à suivre !

Partager cet article

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter PSPI pour ne pas rater aucun conseil de nos experts en matière de protection

A lire également

ASSURANCE, INTERVIEW, YACHTS

En cas de sinistre d’un yacht, la facture est très salée

En mer le moindre accident de yacht peut se chiffrer en millions de francs. Les conseils de
ASSURANCE, INTERVIEW

“PSPI est pour moi le Family Office de l’assurance”

Rencontre avec Pedro Simko, un « citoyen du monde » qui a choisi de se simplifier la
LE MOT DE FANNY

Challenger le secteur de l’assurance, toujours plus.

Avec notre Application PSPI le client a désormais accès à une cartographie complète de son patrimoine, en
Newsletter
Recevoir les conseils de nos experts

*En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité